Le Rendez-vous 29 : En route pour la Coupe du Monde de Rugby 2015 !

Arnaud Tourtoulou et Eric Blanc

En route pour la Coupe du Monde de Rugby 2015 !

Jeudi 21 mai 2015 à 8h30

Si l'hémisphère Sud continue de dominer sportivement le rugby mondial, l'économie de ce sport est au Royaume-Uni et en France. Dans les médias, dans les stades, le rugby explose. La Coupe du monde chez nos voisins d'outre-Manche va t-elle renforcer cette tendance et contribuer à développer cette discipline dans toutes les régions de France ?

Pour en débattre, quatre experts, quatre regards : Eric Blanc, ancien joueur du XV de France, co-fondateur d'Eden Park et consultant pour L'Équipe 21 et Europe 1, Renaud Bourel, grand reporter à L'Équipe, Brett Gosper, Directeur exécutif de World Rugby et Arnaud Tourtoulou, Directeur général du Racing-Métro 92.

Compte-rendu

Après avoir présenté une vidéo de la prochaine Coupe du Monde de Rugby réalisée par la World Rugby, Arnaud Buttticaz a demandé aux différents intervenants quelles étaient leurs sentiments à quatre mois du coup d’envoi. Tous relèvent l’importance de l’évènement. Pour Bret Gosper, « ce sera la Coupe du Monde de tous les records, en terme de billetterie, de droits TV et d’ambiance. Le Comité d’organisation ressemble de près à celui mis en place pour les Jeux de Londres de 2012. » Mais pourquoi avoir choisi l’Angleterre pour accueillir cette édition ? « L’Europe est un lieu d’opportunités commerciales et la Coupe du Monde est une vitrine du rugby. 90% des bénéfices de la World Rugby proviennent de la Coupe du Monde. Ce sont environ 150 millions de dollars de bénéfices qui sont attendus pour cette nouvelle édition » explique Bret Gosper.

Au niveau des impacts de l'évènement sur les clubs Français, Arnaud Tourtoulou affirme qu' «  une Coupe du monde permet de voir le nombre de licenciés augmenter l’année suivante. Il y a aussi une forte croissance des spectateurs dans les stades à l'occasion des matches de championnat qui suivent. En parallèle, étant donné que les huit premières journées de Top 14 se joueront sans les internationaux, cela va permettre aux jeunes espoirs de jouer dans la cour des grands ». Selon Eric Blanc, «  grâce aux bénéfices et à leur redistribution, des petites équipes comme celles des Fidji ou des Samoa peuvent davantage se développer, ce qui est important pour l'attractivité du rugby en général. Quant aux clubs français, ils seront surtout dans l’ombre de la Coupe du monde mais il y aura l'émergence de nouveaux joueurs. Les petits clubs du Top 14 pourront approcher les grands. Et bien sûr, il ne faut pas négliger les impacts économiques. »

Evoquant la question de la sélection en équipe nationale des joueurs étrangers évoluant depuis 3 ans dans le championnat français, Eric Blanc a expliqué qu'il s'agissait pour lui d'un problème qui doit être réétudié par la World Rubgy. « Quand on parle des étrangers en Top 14, je suis pour mais en Pro D2 et F1, je dis non. Au moins pour nos jeunes. En pro D2 et F1, s’il n'y a que des étrangers, il n’y a plus d’intérêt à développer des centres de formations. Le danger est pour les jeunes ! » Pour Arnaud Tourtoulou, le principal problème se situe effectivement au niveau de la Pro D2. Elle devrait permettre à nos jeunes de se former au meilleur niveau et de s’exercer avant d’intégrer les meilleures équipes de Top 14 mais ces jeunes sont floués car ces clubs privilégient des joueurs étrangers expérimentés. » Pour Renaud Bourrel, il paraît difficile de refuser aux clubs de Pro D2 de faire jouer des étrangers étant donné que leur but est d'intégrer un jour le Top 14. Arnaud Tourtoulou et Eric Blanc se rejoignent dans leur réponse : la principale problématique des clubs de Pro D2 n’est pas la montée mais la survie économique. Pour beaucoup de clubs, l'objectif est de se maintenir, de rassembler des supporters autour de la culture rugbystique locale et de préserver leurs centres de formations. Certains clubs auraient même peur de monter en Top 14 en raison des enjeux économiques.

Mais que peut-on attendre du XV de France pendant cette Coupe du Monde ? « Il y a trois clés du succès », explique Arnaud Tourtoulou. « La capacité à faire vivre un groupe, un collectif avec de fortes différences d’âge ; la capacité à rebondir, à s’adapter après un échec et, pour finir, avoir trois ou quatre joueurs exceptionnels ». Pour Brett Gosper, « la France est une équipe redoutée, elle n’est jamais attendue en finale et pourtant, elle en a déjà fait trois ! C’est l’outsider. » Dans la continuité du débat, les questions du public ont porté sur le paradoxe d'avoir un Top 14 qui est sur le papier le meilleur au monde et notre incapacité à aligner un XV de France gagnant. Pour Eric Blanc, « notre Top 14 compte 700 joueurs dont 40% sont capables du meilleur. On peut donc trouver 40 mecs de très haut niveau. Mais il y a un vrai collectif à inventer pour cette Coupe du Monde. » D’après lui, le XV de France doit se retrouver autour d'un projet et d'une vision, puis mettre en œuvre les moyens pour s’y tenir.

Concernant le physique impressionnant de certains joueurs et les éventuelles dérives, Brett Gosper donne quelques chiffres : « Aujourd’hui, par rapport à 1995, les joueurs ont 10% de plus de poids, 5% de plus de vitesse et dans un match, on compte 33 minutes de jeu de ballon effectif. Il n'y a plus que 9 ou 10 mêlées par match contre 44. Mais à côté de ça, ces chiffres sont restés les mêmes depuis 10 ans. La préparation physique actuelle est bien meilleure et les nouvelles règles réduisent considérablement les risques de blessures. » Eric Blanc rappelle quant à lui que le danger existe sur un terrain de rugby et qu'il faut être parfaitement préparé pour affronter les meilleurs joueurs du monde. Renaud Bourrel conclut le débat par un constat : « Les carrières vont raccourcir car à un moment donné, les joueurs ne pourront plus tenir physiquement. Il y a quelques années, The Guardian avait étudié l’impact de l'un de ses meilleurs joueurs lancé à pleine vitesse sur un terrain et le journal avait conclu que c’était l'équivalent d'un frigidaire laché du deuxième étage d'un immeuble ! »

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer